L’histoire de la “Fleur Reine”

Bonjour à tous,

Depuis mon arrivée en avril au Pérou j’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables avec qui j’apprends au quotidien le respect de la tradition et de la Nature.

La plupart d’entre elles sont originaires des petits villages de la vallée : San Juan Salado, San José de Sisa, Shatoja, Agua Blanca. Dans cette région profondément rurale et agricole, les familles entretiennent un lien à la terre très particulier et ont bien souvent une « chacra », c’est à dire des plantations, qu’ils se transmettent de générations en générations. Leur savoir-faire est donc incroyablement précieux, ils ont des connaissances presque «innées » en agronomie, en botanique, en pédologie.

Certaines connaissances même des petits « trucs de grand-mère » comme on dit chez nous, qui s’avèrent beaucoup plus efficaces que tout ce qui peut être appris dans un ouvrage scientifique ou technique.

Mais comme l’écrit la Fontaine « je ne dis rien que je n’appuie de quelque exemple. […] », donc en voici un …

Il y a quelques semaines, alors que j’étais dans la plantation à compter le nombre de fleurs par cacaoyer (lien article précédent) pour en estimer le nombre de cabosses qui se développeraient, un de locaux avec qui nous travaillons m’a expliqué très simplement qu’il fallait que je ne compte que « les Fleurs Reines ».

Mais qu’est ce qu’une “Fleur Reine” ? 

Un Fleur Reine est une fleur du cacaoyer présentant une symétrie parfaite d’ordre 5 : 5 sépales, 5 pétales, 5 étamines, etc.

Seules ces fleurs avaient le potentiel de donner des cabosses, toutes les autres allaient tomber. Cette information anodine m’a bien facilité le travail, le nombre de “Fleurs Reines” par arbre étant beaucoup plus faible que celui de la totalité des fleurs !

Enfin il est vrai que le travail dans la plantation est dur et physique, mais il favorise l’échange et la discussion avec les personnes locales. Cela permet de s’enrichir en connaissances régionales incroyables, et d’intégrer les savoir-faire locaux au cœur de nos activités, de notre organisation.

Le respect de ces savoir-faire permet l’expression d’un terroir, d’une originalité propre à notre cacao.

A très vite,

Augustin F.

1 J. de la Fontaine, Fables, Livre III – Fable VII.

0 1869
Augustin Fromageot
Augustin Fromageot

Augustin Fromageot, est en charge du développement de nos projets ForestFinance sur le terrain. Depuis Avril 2016, il est au Pérou, dans la province d’El Dorado, une belle région nichée entre les Andes et l’immensité de la forêt Amazonienne, à environ 600 km au Nord de Lima. Il aide Marisol Najarro, notre responsable locale à l’origine de notre projet péruvien, à gérer notre plantation de cacao de près de 150 hectares de manière durable et responsable, et à chercher de nouvelles opportunités pour développer notre activité.